Lundi

09 Septembre

9h30 à 18h
6/15

Mardi

10 Septembre

9h30 à 18h
5/17

Mercredi

11 Septembre

9h30 à 18h
6/18

Jeudi

12 Septembre

9h30 à 18h
10/20

Vendredi

13 Septembre

9h30 à 18h
11/18

Samedi

14 Septembre

9h30 à 18h
9/17

Dimanche

15 Septembre

9h30 à 18h
7/19

Bastogne War Museum

 

Situé à deux pas du célèbre Mémorial du Mardasson, le Bastogne War Museum est le site de mémoire majeur dédié à la Seconde Guerre mondiale en Ardenne et en Belgique. Il propose un focus particulier sur la Bataille des Ardennes.

 

Ce centre de mémoire unique est consacré à la Seconde Guerre mondiale à travers l’histoire particulière de la Bataille des Ardennes. Le visiteur est plongé dans une expérience immersive grâce à trois spectacles multi sensoriels permettant de suivre le parcours de quatre personnages au cœur du conflit.

Au travers de décors, de témoignages, d’installations multimédias, de films, le parcours en appelle à l’intelligence mais aussi aux émotions, en faisant sentir aux visiteurs que cette histoire les concerne, chacun et chacune, personnellement.

Le parcours est ponctué de bornes interactives destinées au public jeune et scolaire. Des animations encadrées sur divers thèmes leur sont proposées sur réservation.
Des objets de premier plan évoquent la « petite » histoire des individus comme la « grande » Histoire des peuples.

En plus d'une exposition permanente, le Bastogne War Museum met régulièrement en place des vitrines temporaires qui s'inscrivent dans un projet intitulé "Bulles d'Histoire". Ces vitrines éphémères sont amenées à changer, à évoluer en fonction des prêts, partenariats et dons que nous recevons. Le but ? Vous faire découvrir de nouveaux objets aussi chargés d'histoire qu'insolites. Que ce soit autour d'une thématique précise ou non, ces objets vous raconteront leur(s) histoire(s).

Préparez votre visite

Le Bastogne War Museum fait partie de la Liberation Route Europe , un circuit international du souvenir en constant développement qui retrace les étapes importantes de l'Europe en 44-45.

Il s’inscrit par ailleurs dans un vaste réseau rassemblant de nombreux musées et sites de mémoires européens et américains. Le partenariat le plus abouti est certainement celui qui a été développé avec le Mémorial de Caen en Normandie. Il repose sur la même conviction : que l’ignorance engendre les peurs qui rendent le vivre ensemble difficile, et incertaine la projection dans l’avenir. Cette collaboration, comme nombre d’autres partenariats internationaux est avant tout un pari sur la connaissance.

exposition "History through their eyes"

Le rapport

  • 2

    heures (de parcours minimum)

  • 150000

    Visiteurs par an

  • 1

    Site de mémoire en Ardenne

  • 3

    Spectacles immersifs

  • 75

    ans de la Bataille des Ardennes

Vos COMPAGNONS DE VISITE

Vivez votre visite au travers des yeux de quatre témoins de la Bataille des Ardennes et découvrez la grande Histoire de Bastogne et de ses habitants durant l’hiver 1944 grâce à leurs récits.

L’audioguide vous permet de suivre les parcours de ces personnages que rien ne destinait à se rencontrer. Chacun vous raconte sa vision du conflit, ses souvenirs tantôt joyeux tantôt plus tristes. Une expérience immersive qui vous donne l’impression de les connaître intimement. Ces personnages sont inspirés de faits réels mais leurs histoires personnelles telles qu’elles sont narrées ne se sont probablement pas passées de la sorte. Comme l’ensemble des contenus du Bastogne War Museum, elles ont toutefois fait l’objet d’une validation auprès d’un comité scientifique de renom afin de s’inscrire au mieux dans la réalité historique.

  • Hans Wegmüller

    Le premier personnage à vous interpeller est Hans Wegmüller, son accent marqué ne pourra pas vous tromper, ce lieutenant allemand fait partie de la 26e division de Volksgrenadiere, l’unité qui tente de s’emparer de Bastogne.

  • Mathilde Devillers

    Le second personnage qui se présente à vous est Mathilde Devillers, jeune institutrice à l'Ecole communale de Bastogne.

  • Emile Mostade

    Emile Mostade a 13 ans, il est Bastognard et son papa tient une boutique de vélos ; le jeune Emile est musicien, il ne se sépare jamais de son accordéon.

  • Robert Keane

    Enfin, le quatrième acolyte se nomme Robert Keane ; cet Américain est caporal au sein de la 101e division aéroportée, l’unité qui défend Bastogne. Positionné dans les bois aux alentours de la ville, il vit le conflit en première ligne, au même titre que Hans Wegmüller.

Le Mardasson

Situé à deux pas du Bastogne War Museum, le Mémorial du Mardasson se trouve sur la colline qui porte son nom.

C’est à l’initiative de l’Association belgo-américaine que celui-ci voit le jour ; il sera inauguré le 16 juillet 1950 devant 10.000 personnes, en présence du général Anthony McAuliffe.

Il a été conçu afin d’honorer la mémoire des 76.890 soldats américains tués, blessés ou disparus pendant la Bataille des Ardennes.

Sa forme d’étoile à cinq branches est un hommage des Belges à l'armée américaine pour avoir participé à la Bataille des Ardennes et à la libération de la région. C’est d’ailleurs le 4 juillet 1946, jour qui célèbre la Déclaration d'indépendance aux Etats-Unis, qu’a été inaugurée une dalle commémorative qui se trouve aujourd’hui encore au centre du Mémorial.

Sous le Mémorial se trouve une crypte dont la décoration a été confiée à l’artiste Fernand Léger. Dans une visée œcuménique, les trois mosaïques représentent trois cultes : juif, protestant et catholique.

La Bataille
des Ardennes

Après le débarquement de Normandie, les Allemands voient progressivement la situation à l’Ouest s’enliser. Hitler informe alors ses officiers qu’il compte mener dès l’automne 1944 une contre-offensive à partir des Ardennes. L’objectif est de s’emparer du port d’Anvers pour stopper le ravitaillement des Alliés. La percée allemande pourrait de cette manière séparer les Britanniques, principalement stationnés en Hollande et dans le Nord de la Belgique, des Américains, plus au Sud, afin de négocier une paix séparée à l’Ouest. Une fois ce pacte signé, l’Allemagne pourrait concentrer ses forces à l’Est pour en finir avec les Soviétiques. L’ensemble de l’état-major allemand n’approuve pas le projet démesuré, mais les ordres du Führer doivent être suivis. 

EN savoir plus

Un centre de référence sur la seconde guerre mondiale
Un centre de référence sur la seconde guerre mondiale

Partenaires